Classifications

Classification

Règne: Animalia

  • Embranchement: Chordata
    • Classe: Reptilia
      • Ordre: Squamata
        • Famille: Viperidae
          • Genre: Trimeresurus

Etymologies

Craspedocephalus, (David et al., 2004)
Aucune information trouvée. Craspedo signifie « au bord de » et cephalus « tête », probablement lié à la forme spécifique de la gueule.

Cryptelytrops, (Cope, 1860)
Dérivé du grec « Kryptos » (caché), « elytron » (enveloppe) et « ops » (oeil). Cope n’a pas expliqué ce nom mais en lisant sa description, il apparait évident qu’il ait voulu indiquer que ces serpents avaient des écailles supra-occulaires très réduites. Il précise que ce genre se différencie du genre Atropos par une écaille supra-occulaire rudimentaire. Ce taxon est désormais invalidé, voir Trimeresurus.

Himalayophis, (Huang, 1982)
Le suffixe grec ophi(o), ophidi(o) signifie serpent. Himalayophis fait donc référence au lieu de vie, l’Himalaya, et au serpent: serpent de l’Himalaya.

Parias, (Grey, 1849)
Aucune explication n’a été trouvée concernant le choix de Grey pour ce nom de genre. Toutefois, on peut noter que ce genre a été crée pour isoler 3 espèces que l’auteur avait placées sept ans plus tôt dans le genre Megaera. Peut-être faut-il voir là simplement l’utilisation du mot paria, marquant ainsi l’exclusion de ces serpents du genre Megaera.

Peltopelor, (Günther, 1864)
Dérivé du grec péltê, petit bouclier, par extension: plaque, écaille) et pelor (monstrueux) surement en référence aux très grandes écailles de ces serpents

Popeia, (Malhotra et thorpe, 2004)
En l’honneur de l’herpétologue Clifford Pope (1899-1974) qui mentionna l’importance des hémipénis dans la distinction des espèces vertes du genre Trimeresurus.

Sinovipera, (Guo et Wang, 2011)
Le préfixe sino provient du latin et signifie sud de la chine. Sinovipera signifierait donc vipère du sud de chine. Cependant, le monotype Sinovipera sichuanensis est une localité de Sichuan, province du centre-ouest de la chine.

Trimeresurus, (Lacépède, 1804)
Trimeresurus a été introduit par Lacépède (1756-1825) en 1804 dans l’ouvrage « Mémoire sur plusieurs animaux de la Nouvelle-Hollande dont la description n’a pas encore été publiée » et dérive du Grec treis (trois), mere (partie) et surus dérivé de oura (queue) Il décrit ainsi des sortes d’urostège, des écailles sous-caudales, en double rang à la base, puis simple et à nouveau en double rangée.

Viridovipera, (Malhotra et thorpe, 2004)
vient du latin viridis (vert) et vipera (vipère). Unique représentant du complexe à n’avoir que des spécimens vert.

 

Sources:

L’étymologie des noms latins des serpents. Author, Rémi Ksas. Publisher, Venom world éditions, 2015. ISBN, 2746687135, 9782746687134

http://en.wiktionary.org/

http://www.reptile-database.org/

http://fr.wikipedia.org/wiki/

Thorpe, R. S., Creer, S., Lallias, D., Dawnay, L., Stuart, B. L., & Malhotra, A. (2015). Convergence of multiple markers and analysis methods defines the genetic distinctiveness of cryptic pitvipers. Molecular phylogenetics and evolution, 92, 266-279.

Facebook
Google+
https://www.asian-pitvipers.com/biology/classification">
Twitter
RSS